Accueil du site > Culture > "Les Maliens sont mes voisins, moi je suis Azawadien"
"Les Maliens sont mes voisins, moi je suis Azawadien"
Entretien avec Eyadou Ag Leche, membre du groupe Tinariwen.
samedi 8 décembre 2012
par Tamilla
Profitant du passage du groupe Tinariwen à Paris dans le cadre de leur tournée mondiale de l’automne 2012, nous avons rencontré Eyadou Ag Leche, un des membres du groupe.
Dans cet entretien, il revient sur la situation actuelle dans l’Azawad ainsi que sur la clarté et l’enracinement du message porté par le groupe Tinariwen quant à la lutte des Imazighen pour leur identité.






Tamazgha.fr : Le public vous a chaudement acclamé une nouvelle fois ce soir lors de votre concert. Quels commentaires pouvez-vous faire de votre tournée actuelle ?

Eyadou Ag Leche : Cette tournée est, en réalité, compliquée pour nous. On ne sait même pas comment l’exprimer au public. C’est comme si nous traversons un brouillard : avec tout ce qui se passe chez nous, ce n’est pas évident. Cette tournée est "spéciale" : nous n’avons jamais vécu une tournée pareille ! Nombre d’évènements se déroulent chez nous alors que nous sommes loin de nos familles et de de notre pays qui traverse une actualité bien chargée.


Tamazgha.fr  : Justement, quel est votre sentiment par rapport à la situation dans l’Azawad ?

Eyadou Ag Leche : Nous sommes très tristes devant la situation que vit actuellement notre pays. C’est un problème que nous avons du mal à résoudre, et nous avons du mal à voir la fin de cette histoire. Donc le problème, de toute façon, il est claire. Aujourd’hui, face à notre détermination, nous Azawadiens, d’accéder à notre indépendance, il y a la CEDEAO qui s’y oppose, et il y a surtout le problème des groupes terroristes islamistes qui empoisonne l’Azawad.
Si on revient, par exemple, sur les évènements qui ont marqué la journée du 16 novembre 2012, il y a eu des combats entre nous et les terroristes, et je ne comprends pas l’attitude des médias qui ont voulu faire croire à une victoire du MUJAO alors que le groupe terroriste a essuyé une lourde défaite. Un grand média comme France 24 a diffusé une information selon laquelle le MNLA a subi une lourde défaite, alors que c’est totalement faux. L’on ignore les motivations de leur correspondant à Bamako qui a du leur "raconter des salades". On est loin là de l’idée que l’on se fait des journalistes qui, nous pensons, doivent dire la vérité notamment dans un contexte de guerre comme celui qui règne dans l’Azawad.

De toute façon, nous savons que lors de ces affrontements du 16 novembre, le NNLA a récupéré Ansanogo, à 100 Km de Gao, et les terroristes sont pris de panique. Le MUJAO a enterré neuf de ses éléments et a enregistré une trentaine de blessés ainsi que deux voitures brûlées. Du côté du MNLA, il y a une voiture brûlée et quatre blessés. Ce sont là des informations sûres. Mais je n’arrive toujours pas à comprendre pourquoi la télé et la radio diffusent de fausses informations présentant le MUJAO comme le victorieux de ces affrontements !


Tamazgha.fr : Effectivement, là vous nous faites un commentaire des affrontements ayant eu lieu vers la région de Ménaka le vendredi 16 novembre et de la manière tout à fait pitoyable dont les médias français en ont rendu compte.
Pour rester sur la question de la situation dans l’Azawad, il me semble que vous avez composé et enregistré une chanson très récemment qui tourne beaucoup actuellement sur les
réseaux sociaux, pouvez-vous nous en dire deux mots ?

Eyadou Ag Leche : Je pense que dans les situations difficiles comme celle que nous vivons actuellement, ou dans le cas d’une grande tristesse, beaucoup de choses naissent. À la fois le courage, la volonté et le rêve de dépasser la souffrance. Cette chanson, parle justement de la vie et d’espoir. Mais, elle parle surtout de nous-mêmes, en tant que Touaregs, de ceux parmi nous qui ne sont pas à la hauteur de la cause noble pour laquelle nous nous battons depuis plus d’un demi-siècle, et de certaines personnes qui profitent de cette situation pour atteindre d’autres objectifs. Quand je vois par exemple la situation dans les camps de réfugiés où la situation est catastrophique alors que ça ne suscite aucune réaction, cela me rend profondément triste et révolté. J’ai du mal à trouver les mots pour qualifier une telle situation. A se demander s’il y a des gens vraiment sérieux dans ce monde !
C’est un peu tout cela que la chanson évoque.


Tamazgha.fr : Dans le cadre d’une interview que vous avez accordée au Journal du Pays basque, la journaliste vous a demandé si vous étiez le "porte-parole du peuple malien". Étant un peu surprise par la question, je me permets de vous demander si l’on parle encore avec vous de peuple malien ?

Eyadou Ag Leche (Sourires) : Moi, j’aime bien le peuple malien. Il n’y a pas de problème. Ce sont mes voisins. Moi, je suis Azawadien. Les Maliens, ce sont nos frères. Nous avons vécu de nombreuses années ensemble, maintenant on vit une situation compliquée.
Je suis un homme qui vit cette situation et je m’exprime là-dessus, c’est tout. Le problème par contre c’est que je ne maîtrise pas bien la langue française, alors des fois je glisse sur des mots qui ne sont pas du tout dans l’objectif de ce que je veux dire et puis cela diminue aussi beaucoup l’énergie de ce que je veux dire.
Encore une fois, je n’ai aucun problème avec les Maliens, mais moi je suis de l’Azawad. Je ne suis donc absolument pas "porte-parole du Mali".


Tamazgha.fr : Pour revenir à Tinariwen, pourriez vous nous donner des nouvelles de Ibrahim ?

Eyadou Ag Leche : Ibrahim va très bien, il nous a appelés il y a deux jours. Il est au campement avec toute sa famille et il se prépare pour la prochaine tournée qui se déroulera en avril 2013 si tout va bien d’ici là. Il sera donc avec nous, ce qu’il n’a pas pu faire pour la présente tournée.


Tamazgha.fr : Un message de sa part justement parce qu’il n’a pas pu être présent pour cette tournée ?

Eyadou Ag Leche : Moi je ne pense pas qu’on a chaque jour un message nouveau. Notre message est claire, depuis bien longtemps. Il n’y a pas besoin de réexpliquer, cela fait déjà deux ans qu’on essaye de le transmettre.


Tamazgha.fr : Y a-t-il un album en cours de préparation ?

Eyadou Ag Leche : Oui, nous travaillons sur un nouvel album pour l’an prochain. Nous travaillerons dessus dans le désert américain. Je pense que ce sera quelque chose de très bien, de super même.


Tamazgha.fr : Un dernier mot pour les lecteurs de Tamazgha.fr

Eyadou Ag Leche : Je leur dis à tous bonjour et bon courage. Azul fellawen, nedjayawen lkhir ayetma.


Tamazgha.fr : Tanemmirt Eyadou Ag Leche.



Propos recueillis par
Tamilla At Âli.

Articles dans la rubrique :

Culture
25/12/13
0
Deux cents quatre-vingt quatre adages recueillis par Zakyatou Oualett Halatine, publiés dans un (...)

Lire l'article

22/11/13
0
Le groupe touareg Atri n Assouf se produit en concert le samedi 7 décembre 2013 à partir de 18h (...)

Lire l'article

21/11/13
0
A l’occasion de la sortie de son album "Izlan ibeḥriyen", Sidi Bémol se produit en (...)

Lire l'article


Rejoignez nous


2 Messages de forum

  • "Les Maliens sont mes voisins, moi je suis Azawadien" 8 décembre 2012 16:07, par Dominique Bernard, dit Domi Blanc Bec.

    Tannemyrt, merci encore à Tinariwen de porter haut les couleurs de la cause Touareg ! j’ai eu la chance de ’jammer’ avec eux au dernier (?) Festival au Désert de Timbouktou - Essakane en janvier 2012, trois jours avant l’attaque ’indépendantiste’ qui a si mal tourné...

    Fallait-il vraiment que le MNLA, dont les revendications sont légitimes, s’allie avec ces faux musulmans fanatiques profanateurs de sépultures et ces trafiquants d’armes et de drogues... ?? j’en doute.
    Mais je comprend le désespoir d’un peuple (un de plus) dont la communauté internationale ne veut pas reconnaître l’existence et le droit ancestral à disposer de sa terre pour cause d’intérêts géo-stratégiques...

    Honte aux Nations ’Unies’, à la Cédéao, au Qatar et à l’Arabie Saoudite qui financent AQMI, à l’Algérie qui pilote Ançar Dine... et honte plus grande aux journalistes complices de ces puissances impérialistes et désinformatrices !

    Dominique, musicien français de Mauritanie.

    Répondre à ce message

  • salut Eyadou
    Merci frère de ces paroles, ça nous rajoute de la force pour nous battre encore plus. Merci à Tamilla et aussi à Tamazgha pour tout ce que vous faites, il rester unis et continuer à travailler tous ensemble
    Tinariwen c’est notre âme
    bon courage et continuez à porter le plus loin possible le rêve amazigh
    tanmirt

    Répondre à ce message


modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)