Accueil du site > Actualité > La jeunesse amazighe de Libye plaide pour un Etat de (...)
La jeunesse amazighe de Libye plaide pour un Etat de droit respectueux de l'ensemble des composantes de la Libye
mardi 8 mars 2011
par Masin

Dans une déclaration, La Jeunesse Amazighe de Libye rappelle l’amazighité de la Libye et sa profondeur dans l’histoire. Une déclaration conçue sous forme de lettre à l’ensemble des forces vives du pays qui auront en charge la mise en place de la Constitution de la nouvelle Libye. La Jeunesse amazighe de Libye tient à ce que tamazight ne soit pas, encore une fois, oubliée de l’histoire.

Nous publions ci-après une traduction libre de l’intégralité de la déclaration.

La Rédaction.



Déclaration de la jeunesse amazighe de Libye

[Traduite de l’arabe*]



Azul fellawn


Nous les fils amazighophones de la Libye, sommes ceux qui avons, depuis des millénaires, marché sur cette terre, l’avoir arrosé de notre sang et avoir gravé notre mémoire sur ses rochers afin de ne jamais l’oublier. Nous sommes les descendants de Chéchanq, de Massinissa, de Yugerten, de Takfarinas qui ont défendu vaillamment la Libye et sa liberté contre les envahisseurs romains et germaniques ou contre ceux qui ont essayé de diviser les fils libres de la Libye.

Nous, fils des combattants des Noufoussa tels Slimane Bacha Albaroni, Khalifa Ben Aâskar, Youssef Kharbich, entres autres, adressons cette lettre à toutes les forces vives de Libye, à l’intérieur comme à l’extérieur. Ces forces qui parlent de la genèse d’une nouvelle constitution civile qui régira la vie politique, économique et sociale en Libye afin de rappeler :
1- La patrie et ses institutions appartiennent à ses habitants et non le contraire. L’Etat de droit est un Etat des libertés où tous les citoyens sont égaux devant les droits et les obligations.
2- Le pluralisme est la reconnaissance de chaque appartenance culturelle, spirituelle et identitaire de tous les citoyens. La nationalité est ce qui lie les citoyens de différents constituants de la même société. Le pluralisme n’est pas un slogan d’une étape, mais un état naturel permanent qu’on ne peut aucunement exclure si l’objectif est de construire la nation.
3- Concernant la Libye, l’amazighité comme langue et culture est un élément constitutif fondamental comme les autres composantess de l’identité libyenne que personne ne peut ignorer. Pour cela, il faudra que la constitution envisagée stipule clairement que la langue amazighe est langue nationale, au même titre que ses autres langues sœurs nationales de libye, avec les mêmes droits quant à l’enseignement, à la communication, à l’édition et la documentation, et ces droits ne s’opposent aucunement à aucun autre constituant de la nation.
4- La Libye est un pays pluraliste sur le plan religieux, et personne ne peut ignorer cette réalité. Tous les libyens s’accordent sur le coran comme centre de la foi islamique. Mais cela ne supprime pas la pluralité et la diversité idéologique et spirituelle. L’ibadisme qui est répandu partout, de la côte aux chaînes Noufoussa et jusqu’aux confins du Sahara, est une école théologique dont la voix doit être écoutée au même titre que les autres écoles présentes comme la malikite et la soufiste. La Libye n’a jamais été et ne sera jamais une nation théocratique qui adopte un seul dogme, ce qui serait contraire aux principes de pluralité et d’égalité qui doivent être les premiers à être énoncés dans la prochaine constitution.

Cette déclaration est une lettre ouverte à l’opinion. Et personne n’a le droit d’ignorer ou d’oublier cette communauté de la société libyenne qui a continué à exprimer son identité à travers la mémoire des sables et la langue des rochers et a lutté contre les décennies de l’exclusion volontaire et involontaire de la part de toutes les parties.
L’amazighité en Libye est l’adresse de la patrie et la feuille de route pour comprendre les secrets de notre terre.


Vive la Libye libre.

La jeunesse amazighe de Libye.
1er mars 2011.

Lire la déclaration en arabe




Fil de l’actualité sur Tamazgha.fr


Suivre l’actualité en Libye



Une chanson engagée de Ali Fettis
yemma





P.-S.

(*) Traduction : Ali Khadaoui.

Articles dans la rubrique :

Actualité
17/11/14
3
Tamazgha, Taferka et le AZEṬṬA ANAVAD organisent une rencontre-débat avec une (...)

Lire l'article

11/11/14
3
Têtes nues, sourire aux lèvres, la lumière déambulant le long de leurs jolies frimousses, deux (...)

Lire l'article

11/11/14
0
Des œuvres de l’artiste l’artiste touareg Hawad seront exposées au (...)

Lire l'article


Rejoignez nous


2 Messages de forum

  • espérons, au moins, que l’éventuelle Constitution à venir ne commencera pas par : "La Libye est un pays arabe, l’islam est religion de l’État".

    Jeunesse amazighe, ouvre encore le champ ! "La liberté de pensée" ne peut être circonscrite en matière de religion et philosophie aux seules branches de l’islam.

    Jeunesse amazighe, ta révolution est tragiquement belle. Ne lui donne pas, à terme, l’effroyable visage "du djihad" dès lors que tu te réclames de Massinissa, Yugerten et autres, dont tu te proclames "descendant".

  • Génération Facebook amazighe
    Appel
    Pour la marche du 20avril 2011

    Les peuples opprimés sont en route vers leur libération. Parmi eux, les peuples amazighs doivent continuer leur combat et, se mettre debout et marcher pour exprimer leur aspirations profonde à la liberté.

    Les peuples amazighs, encore une fois de plus sont exclues de la nouvelle carte géopolitique qui se dessine, par ceux la même qui se proclament détenteurs des droits universels.

    Il ne peut y avoir de démocratie et de stabilité dans la région de l’Afrique du nord sans la réhabilitation de l’identité, culture et langue amazighe et le partage équitable et juste des richesses.

    De Siwa aux Canaries, en passant par le pays des Kel Tamacheq, nous appelons les Amazighs à marcher dans l’union, le 20 avril prochain ; jour anniversaire de Tafsut imazighen, à travers toutes les villes de Tamazgha et dans la diaspora, pour un seul mot d’ordre :
    La liberté du peuple Amazigh. (Avec des milliers de drapeaux amazighs.)
    Marchons tous ensemble pour :
    • La dignité
    • La liberté
    • La démocratie
    • L’autodétermination des régions amazighes dans des systèmes fédéraux ou des autonomies des régions garantissant aux peuples Amazighs le droit du partage du pouvoir des richesses et des valeurs dans le respect de l’unité nationale et l’intégrité territoriale des Etats respectifs,
    • Soutenir la volonté du peuple Canarien dans son projet de l’autodétermination.
    • Le respect des droits de l homme
    • Contre l impunité

    Dans la beauté de notre diversité, nous nous élèverons d’une même voix, nous imposerons notre volonté d’exister, le 20 avril 2011 à 11h avec des millions de drapeaux Berbères et nous dirons, rien, et personne ne se décidera sans nous.
    Tudert i Tmazight
    Tamazight i tudert.
    Citoyens (nnes) Amazigh