Accueil > Actualité > La Une > Kateb Yacine, toujours là
Hommage à Kateb Yacine
Kateb Yacine, toujours là
mercredi 3 novembre 2004
par Rabah
Né à Constantine en 1929, Kateb Yacine et décédé le 28 octobre 1989. En hommage à ce résistant et berbériste hors du commun, Tamazgha.fr consacre un dossier où la parole sera donnée à des personnes l’ayant connu ou rencontré afin d’apporter leurs témoignages sur son combat et son œuvre. Quelques uns de ses textes à lui seront repris. En effet, beaucoup de ses écrits et de ses positions sur la question berbère demeurent ignorés.
Nous entamons ce dossier par un article de Rabah Allam qui revient sur trois moments qui l’ont marqué...



A l’occasion du quinzième anniversaire de la disparition de Kateb Yacine, j’aimerai revenir sur trois moments qui m’ont marqué.



1- Cheikh IMAM kidnappé par les services à Tizi-Ouzou (1984)

Le célèbre chanteur égyptien devait participer à un gala-meeting à l’université de Tizi, après son spectacle à la maison de culture de Tizi-Ouzou. Il a malheureusement été enlevé sur scène. Les étudiants et Kateb Yacine, leur complice, sont revenus à la fac bredouille, alors que les organisateurs attendaient le Cheikh. Kateb Yacine monte alors sur scène et fait éclater sa colère "Nous devons venir avec Cheikh Imam, mais les fils de p... nous l’ont volé. Matoub et Ferhat, des armes lourdes, sont là pour continuer la soirée".

2- "Chantez ! Yacine n’aime pas le silence"

Le jour de l’enterrement de Yacine, la délégation de l’université était très attendue à Ben Aknoun. A la descente des bus, nous entamions une marche silencieuse pour rejoindre la maison de Yacine à Ben Aknoun, quand une dame, une rose à la main, vint à notre rencontre pour interrompre notre silence "Non, Yacine n’aime pas le silence, chantez !" C’était ainsi que mon ami Omar entouré de comédiens de la troupe Meghres, entama le chant patriotique "Γuri yiwen wemdak°el". Des centaines de voix reprenaient derrière. C’était très émouvant, mais sans aucune tristesse. Nous atteignames, en quelque sorte, ‘la galaxie Yacine’ dans sa hauteur et sa profondeur.

"Même mort, il leur crache à la figure", c’était la réflexion d’un anonyme témoin de l’avalanche de crachats et d’insultes mouillant les gros cigares des personnalités politiques du sérail venues assister à l’enterrement comme pour s’assurer de la mort du rebelle.

Je passe sur les insultes des islamistes le long du cortège funèbre à Alger et les propos de Imam Ghazali, la veille, disant que Kateb Yacine ne devrait pas être enterré sur la terre de l’islam.

3- Colloque international sur Kateb Yacine (1990)

Ce colloque organisé par le département de français de Bouzaréah, en hommage à Yacine a été aussi un lieu de réflexion sur son œuvre. C’était impressionnant, le nombre et la qualité des écrivains, universitaires et autres intellectuels venus du monde entier exposer leurs travaux sur l’œuvre de Yacine.

Le deuxième jour un homme vexé s’invite au colloque et veut prendre la parole avec une attitude un peu décalée par rapport à la qualité des travaux. Mais une dame se dressa sur son chemin pour l’empêcher de prendre le micro (probablement la sœur de Y.) "Vous l’avez empêché de s’exprimer toute sa vie. Il n’est pas question de vous laisser parler de lui comme si de rien était ...". Mouloud Qasem, l’intellect du système et ministre de l’arabisation, dont il était question, rougit et rugit de colère avant de dire que Yacine était son ami. Je vous laisse imaginer la boutade qu’aurait sorti le poète.


Rabeh Allam

P.-S.

Illustration : dessin de Hmmu Kemmous selon une photo.

Articles dans la rubrique :

La Une
23/06/18
0
Le 25 juillet 2017, le président français, fraîchement élu et voulant jouer un rôle dans la « (...)

Lire l'article

10/06/18
1
A l’approche du concert-hommage à Lounès Matoub qui aura lieu au Bataclan le 22 juin 2018, nous (...)

Lire l'article

26/05/18
0
L’artiste kabyle Azal Belkadi sera en concert à l’Européen, à Paris, le mardi 5 juin 2018 à 20h00. (...)

Lire l'article


Rejoignez nous


3 Messages

  • Kateb Yacine, toujours là 6 juillet 2007 17:55, par amrane
    Le moins que l’on puisse dire à la lecture de ce texte c’est que Kateb Yacine était un grand monsieur. Les gens qui rappellent ses engagements — que l’on ne peut pas surement relater dans un article comme celui de Rabah— est fantastique. Je crois seulement que certains prétendent donner leur temps à la cause mais, en fait, ils le font que pour gagner de l’argent. Je vis en Kabylie et dieu sait combien de personnes se donnent aux activités culturelles mais dans un but lucratif. à bon entendeur
    • Kateb Yacine, toujours là 4 septembre 2007 17:58, par amesdrar
      tu n’as pas le droit de faire des allusion mal intentionnées à l’egard de celui qui est actuellemnt l’un des meilleurs militants de la cause berbere. je connais rabah de loin et surtout on m’a raconté beaucoup de bien de lui. il est le seul kabyle à toulouse qui organise des activités pour representer les berberes. que ceux qui ne partagent pas sa méthode viennent faire quelque chose à sa place.
      • Kateb Yacine, toujours là 11 septembre 2007 15:55, par amrane
        je ne crois pas que tu saches de quoi tu parles. il est vrai que les militants sinceres se compptent aux doigts d’une main, mais le cas que tu défends amesdrar, je crois que tu es à coté. je pense plutot que le militant est actif tant qu’il est celibataire, mais une fois marié il ne pense qu’à sa famille. je ne dit pas non plus que c’est mauvais. en revanche, il ne fallait pas utiliser la culture comme fonds de commerce.