Accueil > Actualité > La Une > Kadhafi, un anti-amazigh primaire !
Droits de l’Homme
Kadhafi, un anti-amazigh primaire !
Tamazgha interpelle les instances onusiennes sur la situation que l’Etat libyen fait subir aux Imazighen.
mercredi 16 novembre 2005
par Masin
L’Etat libyen présente aujourd’hui, 16 novembre 2005, son rapport sur les mesures prises pour la garantir à ses "citoyens" les droits économiques, sociaux et culturels devant le Comité des droits économiques, sociaux et culturels (CESCR) des Nations Unies.
A cette occasion, Tamazgha, Organisation de défense des droits des Imazighen, a présenté un rapport alternatif par lequel elle relève les contradictions du rapport libyen et met le doigt sur l’injustice et les discriminations dont sont victimes Imazighen dans cette région de Tamazgha.
Ci-après le communiqué de Tamazgha à ce sujet, rendu public aux Nations Unies à Genève ou une délégation s’est rendue pour présenter son rapport.




35ème session du Comité des droits économiques, sociaux et culturels (CESCR)

L’Etat libyen devant des experts du Haut commissariat aux droits de l’Homme des Nations Unies


COMMUNIQUE


Conformément au Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels, l’Etat libyen présente son deuxième rapport périodique.




Lors de la 35eme session du Comité des droits économiques, sociaux et culturels (CESCR) des Nations Unies qui se tient du 7 au 25 novembre 2005 à Genève, la Libye est appelée à fournir un rapport sur les mesures législatives, judiciaires et administratives qui ont été prises pour s’acquitter de ses obligations en vertu du Pacte.

Comme à son habitude, l’Etat libyen présente, en la circonstance, un texte mettant en scène une mécanique institutionnelle tout à fait formelle d’allure hautement protectrice des libertés publiques et des droits conférés par le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels, mais en totale contradiction avec la réalité de tous les jours en Libye.

Ce formalisme de façade cache l’énorme fossé qui s’est structurellement installé entre la légalité libyenne qui, seulement dans ses textes (et encore !), se veut respectueuse des traités internationaux relatifs aux droits de l’Homme et l’application réelle de ces instruments ainsi que la protection effective des droits qu’ils reconnaissent, cependant très formellement, aux ressortissants de l’Etat libyen.

La principale contradiction à soulever est le traitement réservé par l’Etat à la question amazighe (berbère). En effet, le rapport présenté par l’Etat libyen ne reconnaît aucunement la langue amazighe, les Imazighen (Berbères) ni leurs droits. Le rapport note qu’il n’y aucun différence entre tous les citoyens de Libye qui sont tous Arabes et Musulmans. La dénomination même de l’Etat libyen est claire à ce sujet : « Jamahiriya arabe libyenne populaire et socialiste ».

Les membres du Comité des droits économiques, sociaux et culturels avaient pourtant posé des questions claires au sujet des Imazighen. En effet, dans la liste des points que le Comité voulait traiter à l’occasion de l’examen du deuxième rapport de l’Etat libyen concernant les droits visés aux articles 1er à 15 du Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels, il était demandé à l’Etat libyen, au sujet des droits culturels (article 15) d’"indiquer les mesures prises pour préserver le patrimoine culturel de la société libyenne, outre le patrimoine conservé au musée de Tripoli, et plus particulièrement celui des minorités ethniques à savoir les Imazighen (Berbères), les Touaregs et les Tebous.". Cette demande du Comité est restée sans réponse.

Tamazgha, ONG de défense des droits des Imazighen (Berbères), a présenté à cette occasion un rapport alternatif intitulé "Les Berbères en Libye". Dans ce dernier, Tamazgha revient sur la présence linguistique et culturelle incontestables des berbérophones en Libye ainsi que sur les principales violations du Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels. Dans ce même rapport, Tamazgha formule des propositions pour éliminer les discriminations dont sont victimes Imazighen (les Berbères).

Tamazgha s’élève contre l’injustice dont sont victimes Imazighen de Libye et attire l’attention des membres du Comité et des Nations Unies sur les violations caractérisées des droits des amazighophones en contradiction avec les conventions et pactes de protection des droits de l’Homme pourtant signés et ratifiées par l’Etat libyen. Elle attire leur attention particulièrement sur la politique délibérée d’arabisation forcée que mène l’Etat libyen à l’égard des Imazighen, une politique qui est officiellement assumée par les textes institutionnels de l’Etat libyen dont le Décret constitutionnel.

Une délégation de Tamazgha s’est rendue à Genève pour présenter son rapport aux membres du CESCR et leur fournir les éléments d’information illustrant la politique raciste du régime de Kadhafi ainsi que son attitude négatrice du fait amazigh. La délégation de Tamazgha est composée de trois membres dont deux amazighs d’Adrar n Infusen.

Tamazgha appelle de tous ses vœux pour que les experts, membres du Comité des droits économiques, sociaux et culturels, interpelle l’Etat libyen sur sa politique de marginalisation et de répression des Imazighen (Berbères) et lui rappelle la nécessité de prendre les mesures nécessaires pour que les amazighophones (Berbérophones) accèdent à leurs droits linguistiques et culturels que leur garantit Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels.


Tamazgha,
Genève, le 16 novembre 2005.




- Voir le dossier "La Libye et le CERD"

Télécharger le rapport de Tamazgha
sur la question amazighe en Libye
PDF - 724.9 ko

P.-S.

N.B. Le titre de l’article se justifie par un contexte où des individus qui prétendent représenter des Imazighen sont entrain de "légitimer" l’un des pires dictateurs que connaît le monde. Il y a même tendance à faire de lui un exemple en matière de reconnaissance de tamazight.

Articles dans la rubrique :

La Une
16/06/17
3
Dimanche 11 juin, plusieurs dizaines de milliers de personnes ont manifesté à Rabat pour exiger (...)

Lire l'article

07/06/17
0
Tamazgha organise une conférence-débat avec Habaye Ag Mohamed sur le thème "Espace saharo-sahélien (...)

Lire l'article

09/05/17
0
A l’occasion de la parution de l’ouvrage "Furigraphie. Poésies : 1985-2015" de Hawad aux éditions (...)

Lire l'article


Rejoignez nous


18 Messages

  • il faudra a tt prix rappeler au monde amazigh sur ce qui s est passe apres tafira et ce fameux congres de Lyon dont Belkacem etait un soldat fidele aux serviteurs du Roi.
    les vrais militants pour l amazighite comprendront alors le subterfuge de cette mascarade kadhafesque !
    please !

    un kabyle qui n oublie pas vite.

    • > Kadhafi, un anti-amazigh primaire ! 18 novembre 2005 23:59, par Arrif
      Serviteur des serviteurs du roi !!!!? Que veux tu dire par là ? que notre organisation est royale ??? donc Le Mekhzen ??. Oh, là là. Je quitte pour l’australie.
      • es tu toi aussi un congressiste de Lyon ?
        • > Kadhafi, un anti-amazigh primaire ! 23 novembre 2005 15:59, par ameghnas
          c est devenu vraiment ecoeurant.parfois l’on est en droit de se demander s’il a fallu se revendiquer de ce peuple.elle est finie l epoque des chevaliers et de la chevalerie berbere.il ne reste que du caca vraiment du caca.alors en attendant une autre generation peut etre.hibernons nous compatriotes anonymes
  • > Kadhafi, un anti-amazigh primaire ! 17 novembre 2005 14:21, par ISMAIL AIT SSDRAT
    AZUL INNAS lOUNES MATOUB:TAGRAWLA NRGA AT NZR MA NMMOT RBI AGH IRhM/ IGHZAN MATOUB.
  • > Kadhafi, un anti-amazigh primaire ! 17 novembre 2005 15:11, par yidir ANYATEN

    Bravo Lounès BELKACEM ! tu es un vrai représentant des ecervelés ! combien on t’a payé ? tu crois que tamazight a ce petit prix ? Relis ça !
    Libye : Meurtres de Berbères en série
    L’absurde est d’aller serrer les mains d’un dictateur encore pleines du sang d’ innocentes victimes sans avoir le courage d’évoquer devant lui la souffrance occasionnée aux familles de ces pauvres innocents. Il semble que le CMA faisse dans l’absurde en allant visiter avec une certaine complaisance les royaumes (Maroc) et les états (Libye) qui font tout pour voir disparaître les peuples qu’il est supposé défendre.

    Pour illustrer la difficile vie que mènent les Berbères en Libye, nous donnerons quelques exemples de répressions subies par les populations. Ces fait sont tirés du rapport remis ce mois-ci par l’association Tamazgha aux Nations Unies et intitulé Les Berbères en Libye.

    - Durant les années 1970, Ali Yaya Maa Mar, un berbère de confession ibadhite, écrivain a été assassiné dans des conditions mystérieuses. Ses positions et notamment l’un de ses livres "Les Ibadhites au marges de l’Histoire" (en 3 volumes) semblent gêner le régime libyen qui a recours à l’élimination physique pour faire taire des voix libres.

    - Durant la même période, années 1970, Dr. Omar Nami, Professeur à l’Université de Tripoli, berbère originaire de Nefoussa, fut assassiné dans les mêmes conditions qu’Ali Yahia Maamar. Parmi les ouvrages qu’il avait écrit "La culture en Libye" ; dans cet ouvrage il a traité de la culture berbère (poésie, chant, ...) et de l’ibadhisme.

    - En 1977 “sont condamnés au nom de la Hizbya (appartenance à des partis politiques) un nombre indéterminé de personnes arrêtés à partir de 1973 sans que qu’on sache exactement à quelle peine.” (Bessis, p. 158). En avril 1980 “28 intellectuels sont arrêtés et traduits devant la Cour criminelle en vertu de la loi sur la Hizbiya...” (Bessis, p. 169). La Libye ne reconnaît pas les pluralismes politiques et syndicaux.

    - Fin 1978, une exposition de peinture à Zouara a été saccagée par le Comité révolutionnaire local.

    - En février 1979 : tentative d’assassinat de l’avocat et poète berbérophone opposant, Saïd El Mahroug, dit Sifaw. En effet, victime d’un accident grave de circulation que l’on ne peut attribuer qu’aux services du régime libyen, Saïd El Mahroug a été handicapé à vie. Malgré tous les soins dont il avait bénéficié à l’étranger, il meurt en 1994 à Djerba en Tunisie.

    - En 1980 : arrestation de berbérophones accusés de création de parti politique d’opposition. Cette arrestation est survenue suite aux évènements du Printemps Berbère en Kabylie dont l’écho s’est propagé dans toutes les régions berbérophones à travers l’Afrique du Nord.

    - En 1982 : les étudiantes du Lycée de Zouara, toutes berbérophones, ont été réprimées parce qu’elles avaient refusé de se rendre à une manifestation en l’honneur de Kadhafi. S’en suivirent des arrestations et interrogatoires sous la torture.

    - Avril 1984 : arrestation de Berbères suite à une manifestation à Zouara et à Jadou.

    - 16 avril 1984 : pendaison d’étudiants berbérophones dans le campus universitaire de Tripoli.

    - Le 10 juin 1985, fut assassiné Ferhat Ammar Hleb. Il a été pendu sur la place publique dans sa ville natale, Zouara. Ce jeune berbère venait de terminer ses études aux Etats Unis d’Amérique et il est connu pour ses positions favorables à la cause berbère. Le régime libyen l’accuse d’avoir des contacts avec des opposants libyens aux États-unis et le condamne à a pendaison.

    - Avril 1986 : certains militants berbères venus assister aux festivités du Printemps berbère à Tizi-Ouzou en Kabylie (Algérie), furent interceptés aux frontières libyennes et depuis disparus et leurs familles n’en ont eu aucune nouvelle à ce jour.

    - Les militants berbères, comme tous les opposants, sont poursuivis jusque dans l’exil où ils se font assassinés par les agents des services secrets du régime libyen. Ainsi, le 26 juin 1987 fut assassiné à Rome (Italie) Youssef Salah Kherbiche, un berbère originaire de Nefoussa.

    Alors, un ami de la cause amzighe le colonel Kadhafi ? Les tombes anonymes où ont été ensevelies à la hâte les trop nombreuses victimes berbères de ce cruel dictateur sont largement suffisantes pour répondre par la négative.

  • > Kadhafi, un anti-amazigh primaire ! 18 novembre 2005 07:28, par Zizou

    Le tir nourri de toutes parts contre une ONG berbère (LE CMA) invitée par un chef d’Etat ( le despote libyen)pour discuter de la question Amazigh, me parait disproportionné.
    Khadafi n’est pas plus ni moins despote que ses homologues d’Afrique du Nord. Et pourtant des organisations politiques à fort ancrage berbère (Le RCD dans ce cas de figure) ont bien participé à donner une légitimité démocratique à un régime honni et vomi par tous. On oublie ce passé récent ( et c’est une bonne chose pour reconstruire un rapport de force) et on trouve à ces dernières des circonstances atténuantes, puisque leurs communiqués retrouvent avec beaucoup de facilités une place de choix (et c’est encore une bonne chose à mon sens) sur les sites internet communautaires.

    Accordons, au moins, le bénéfice du doute au CMA dans cette démarche. D’ailleurs, il est le seul comptable de ses actes devant l’opinion publique berbère.
    ARTUFAT

    Zizou

  • > Kadhafi, un anti-amazigh primaire ! 18 novembre 2005 22:32, par Muhand
    Lounès Belkacem mouche victime de Kadhafi chasseur des mouches. ***(Colonel Mouammar) Kadhafi chasseur des mouches. ‘’L’aigle ne chasse pas les mouches ‘’ Kadhafi vous n’êtes qu’une merde qui attire les mouches et Lounès BELKACEM n’est qu’une grosse mouche de boucherie, une mouche qui suit la merde .Tu n’a pas l’honneur de l’homme libre.
    • > Kadhafi, un anti-amazigh primaire ! 19 novembre 2005 13:46, par Hennou
      Lounès Belkacem n’est pas une mouche. c’est un homme politique qui essaie de faire avancer la question amazighe.Il est de son devoir d’accepter toutes les invitations, surtout celles qui viennent de la terre de Tamazgha.Faire la chaise vide ne résoud aucun problème.Imazighen devraient arrêter de faire de l’opposition pour de l’opposition mais continuer à faire de la politique sans oublier que le plus important est de faire une place , une grande place à l’amazighité de l’Afrique du Nord

      Voir en ligne : > Kadhafi, un anti-amazigh primaire !

      • > Kadhafi, un anti-amazigh primaire ! 20 novembre 2005 13:12, par yidir
        bien, alors moi je suis invité par la police pour discuter du tamazight ; est-ce que j’y irai sachant que ce n’est pas une police qui se respecte ? si j’accepte n’importe quelle invitation c’est que je perds mon raisonnement.mieux vaux revenir à la clandestinité ; ça donnera plus et mieux puisque c’est profond. la parade avec Kaddafi n’ajoute pas grand chose ni à Lounès Belkacem ni à ceux qu’il semble représenter ;je ne parlerai pas d’opposition mais de résistance car on n’est pas encore bien organisés pour se mettre à l’opposition
      • > Kadhafi, un anti-amazigh primaire ! 21 novembre 2005 07:04, par Muhand

        Lounès Belkacem est
        Une grosse mouche aux reflets bleuâtres
        Tournoie, tournoie au-dessus de ton crâne.
        Elle décrit ta figures qui s’entre croisent et il n’a pas echappe de la chasse de la main de Kadhafi,
        Elle revient t’obséder de son vol sibyllin.

        Je voudrais l’écraser, mais c’est en vain
        Ce n’est pas son vrombissement qui te hante
        Mais sa ténacité à revenir à chaque fois
        Sur ta bouche, au même endroit.

        La mouche, ta mouche, elle n’aime que toi !
        La mouche, ta mouche, elle aime ta bouche.

        Elle continue sa danse d’insecte,
        Elle te survole, elle te surveille,
        amoureux de toi
        Dois-tu l’aimer ou la haïr ? Dois-tu l’aimer, ta mouche ?

        A quoi aspire-t-elle ta mouche ?
        Es-tu sa proie ? Sa chose conquise ?
        T’aime-t-elle pour ton corps ?
        Ou bien pour toi ?
        Est-ce qu’elle t’aime ta mouche ?
        Mais est-ce qu’elle t’aime ta mouche ?
        La mouche, ta mouche, elle n’aime que toi !
        La mouche, ta mouche, elle aime ta bouche.