Accueil > Actualité > Curieux enlèvement de combattants du MNLA à Kidal
Curieux enlèvement de combattants du MNLA à Kidal
dimanche 11 décembre 2016
par Masin

Des médias algériens et marocains ont rapporté, fin novembre, que des éléments du "Polisario" se sont rendus jusqu’à Kidal, dans l’Azawad, pour y enlever quatre membres du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA) avant de les remettre aux autorités algériennes qui comptent les traduire devant tribunaux. En réaction à ces arrestations les Touaregs ont enlevé trois éléments du Polisario et menacent d’arrêter tous les Sahraouis qu’ils croiseraient dans le désert, et ce jusqu’à ce que les autorités algériennes libèrent les Touaregs arrêtés. Ces derniers ont été interrogés par les services algériens dans le camp Rabouni à Tindouf avant leur transfert à Alger où ils seront jugés pour terrorisme. Les motifs exacts de leur arrestation n’ont pas été précisés. Leurs noms également n’ont pas été divulgués.


En réaction à ce rapt, le MNLA a appelé, dans un message audio, le Polisario à libérer les quatre personnes arrêtées, faisant remarquer que "le Polisario, qui prétend pourtant avoir un Etat souverain, a livré les quatre Touaregs à l’Etat algérien pour les juger au lieu de le faire lui-même". A signaler qu’aucun communiqué officiel n’a été rendu public par le MNLA à ce sujet.

La quasi-totalité des médias algériens et marocains ont traité cette information sans se poser trop de questions. Chacun, à sa façon, a essayé de l’instrumentaliser. Si les Marocains reprochent aux Algériens leur ingérence dans l’Azawad, rappelant l’audience accordée par le monarque marocain à deux chefs du MNLA et les contributions du Maroc dans "l’instauration de la paix au Mali", certains médias algériens parlent d’affrontements entre le Polisario et le MNLA, ni plus ni moins.

Pourtant, cette information est invraisemblable. Comment se fait-il que des "membres du Polisario" puissent quitter un camp géré par l’armée algérienne à Tindouf et traverser, certainement en convoi à bord de véhicules 4X4, plusieurs centaines de kilomètres à travers le territoire algérien ou mauritanien avant de passer la frontière et aller jusqu’à Kidal pour y procéder à l’enlèvement de quatre combattants du MNLA qu’ils acheminent, sans faire face à aucune résistance, à travers l’Azawad pour les livrer enfin aux Algériens ? Pratiquement, cette mission paraît difficile et périlleuse.

La thèse la plus probable est l’implication de groupes terroristes, comme Ansar-Dine, qui écument l’Azawad et qui sont largement noyautés et dirigés par les services algériens (DRS), dans ce rapt. De peur que cet enlèvement ne mette à jour les liens étroits entre les services algériens et les terroristes, l’opération a été attribuée au Polisario qui l’aurait revendiquée, le Polisario dont les liens avec les autorités algériennes ne sont un secret pour personne. Par ailleurs, il est à signaler que tous les groupes terroristes actifs dans la zone dite Sahel comptent dans leurs rangs des Sahraouis originaires des camps de Tindouf.

Et comme par hasard, cette "histoire" coïncide avec l’annonce faite par le ministère algérien de la défense, dans un communiqué daté de lundi 28 novembre, affirmant que quatre émirs de l’AQMI s’étaient rendus à l’armée algérienne à Illizi. Il est probable que l’armée algérienne a fait passer les quatre Touaregs capturés à Kidal pour des chefs terroristes.

A. Azergui

Articles dans la rubrique :

Actualité
18/03/17
0
Des étudiants de la section berbère à l’Inalco organisent une journée "monde berbère" intitulée "Les (...)

Lire l'article

21/02/17
0
Le Rif se révolte face à l’injustice. Il revendique des droits légitimes. Ses jeunes manifestent (...)

Lire l'article

20/02/17
0
L’association canarienne AZAR, par la voix de son président, Luis Falcón Rivero, a rendu public un (...)

Lire l'article


Rejoignez nous


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.