Accueil > Actualité > La violence anti-amazighe continue ...
Tamazgha Occidentale
La violence anti-amazighe continue ...
par Saïd Bajji*
dimanche 1er août 2004
par Masin
Des douleurs atroces à la tête me réveillèrent en pleine nuit. Quand je sentis des cailloux pointus me rentrer dans le corps, je me rendis compte que j’étais étalé dans un fossé où je fus jeté et laissé pour mort après une agression sauvage.

Qui est coupable de ma cinquième agression ? Des "inconnus" qui me connaissaient bien puisque j’ai été interpellé par mon nom la nuit du samedi à dimanche 25-07-2004 à Khenifra à minuit trente minutes ! A peine ai-je répondu oui que deux bras très forts ceinturèrent mon corps menu qui n’excède pas 49 kg et le jetèrent sur la banquette arrière d’une voiture banalisée qui démarra aussitôt. Je me suis alors trouvé assis entre deux hommes à forte stature qui me rouèrent de coups au visage, dans les côtes et dans le ventre. Sous la violence des coups, je perdis connaissance.

Un bruit de moteur me fit réaliser que je me trouvais près d’une route. Je pris la même direction que les pick-up remplis de moutons (dimanche est jour de souk à Khénifra) en m’éloignant de la route car je craignais que mes agresseurs ne reviennent pour m’achever.

Je suis handicapé de la jambe gauche et j’ai du mal à marcher sur un terrain plat. Alors, essayez d’imaginer un homme handicapé marcher à travers champs en pleine nuit avec du sang qui lui coule du nez et de la bouche en lui coupant la respiration.

A mon arrivée au village LAHRI, lieu historique où ma tribu a combattu les collons en 1914 avec à sa tête Moha ou Hammou AZAYÏ (dit Ezzaïani en arabe), je compris que j’ai été jeté inanimé à une vingtaine de kilomètres de Khenifra. Plus tard dans la journée, j’appris que la police a été à ma recherche plusieurs fois dans ma famille en usant d’intimidations.

Je ne suis pas le seul militant amazigh à avoir été agressé, et ce ne sont pas ces actes lâches qui mettront fin à notre détermination. Qui sont les commanditaires de ces agressions ? Les ennemis des Imazighen ! Il n’y a pas de doute là-dessus ! Et que font certaines associations amazighes en ce moment ? Elles organisent des festivals de tam-tam et de danses du ventre ! N’ont-elles pas conscience de leur domestication ? N’avons-nous rien d’autre à proposer au monde comme culture à part la danse du ventre pendant que des militants encaissent des coups violents au visage et au ventre ?

Nous avons aujourd’hui le choix entre deux avenirs : courber l’échine, vêtus d’une djellaba blanche et portant un chapeau rouge andalou, ou bien bâtir une vraie démocratie avec le risque de voir verser notre sang dans les rues et de remplir les prisons.

Au Maroc, la civilisation amazighe est un grand arbre sur lequel est venue se greffer la civilisation arabe qui a donné naissance à plusieurs branches. Mais sur certaines de ces branches sont venus se greffer le Racisme, le Mépris, le Mensonge Politique National, la Duperie, l’Egoïsme, l’Arbitraire, l’Injustice, la Corruption, l’Anarchie, et enfin le Terrorisme. L’ARBRE étouffe ! Il ne peut nourrir à la fois les branches saines et les cancéreuses ! Il risque aussi de céder sous le poids de tant de mal et se briser dans un fracas apocalyptique. Si cela devait arriver, les marocains s’entredévoreraient.

La foudre du terrorisme a déjà sérieusement ébréché notre Arbre ! Quant à ceux qui commanditent les agressions anti-amazighes, ils ne sont que des bûcherons aveugles qui saignent l’Arbre à chaque fois qu’ils saignent un amazigh soucieux de l’avenir de son pays ! Leur aveuglement les mènera un jour à scier les branches sur lesquelles leurs familles sont assises !

Saïd Bajji
Khénifra, le 31 juillet 2004

P.-S.

(*) Saïd Bajji est journaliste

Articles dans la rubrique :

Actualité
13/05/18
0
Tamazgha organise une rencontre littéraire avec Yidir Amer,auteur kabyle, le samedi 2 juin 2018 (...)

Lire l'article

18/04/18
0
Nous avons eu, par le passé et à plusieurs reprises, à dénoncer le mépris érigé en véritable (...)

Lire l'article

08/04/18
0
Tamazgha organise une rencontre avec Djafer Chibani, conteur, acteur et auteur, le samedi 14 (...)

Lire l'article


Rejoignez nous


4 Messages

  • > La violence anti-amazighe continue ... 2 août 2004 15:28, par Hocine
    la remarque du journaliste, pointant le doigt sur le fait que certaines associations amazigh sont plus attirées par le folklore que par la reconnaissance de la culture bérbère, est très pertinente. Hélas, l’histoire montre souvent que ceux qui font avancer l’histoire sont seuls. Aussi, je salut avec tout mon respect cette homme qui se bat pour nous tous. Ce ne sont que des mots mais c’est tout ce que je peux faire à mon humble niveau.Tanmirt !
  • > La violence anti-amazighe continue ... 2 août 2004 17:48, par Karim
    Azul, je suis profondément choqué en lisant ce témoignage de notre frère amazigh du Maroc et j’ai une envie légitime de me venger de ces rétrogrades anti-amazighs. Mais, je suis persuadé, cette façon de réagir est symptomatique de l’échec des ennemis de Tamazight. Qu’ils sachent que nous continuerons notre combat et rien ne nous arrêtera ! Je suis de tout coeur avec vous amazighs du Maroc. Un Kabyle d’Algérie
    • Tanemmirt a gma-tnegh Karim !
      • > La violence anti-amazighe continue ... 4 août 2004 02:24, par amazigh n Souss

        Tout d’abord, je tiens à exprimer ma sympathie et toute ma solidarité à note frère amazighe du Moyen Atlas, Said Bajji.

        Ensuite, je dénonce ces pratiques barbouzardes d’un autre âge. Il est à rappeler qu’un autre militant amazighe de Tizi n Imnayen a été déjà victime de ces pratiques très royales. Idem à Agadir où les forces baâthistes sont intervenus pour casser l’amazighe.

        Je suis sûr que si les Amazighes ne dérangeaient pas le pouvoir totalitaire de Rabat, jamais les militants amazighes n’auraient un tel sort.

        C’est parce que le pouvoir est conscient du danger que consiste pour lui le mouvement amazighe qu’il utilise de l’intimidation et de la violence pour le faire taire. Mais il n’en aura rien...Les Amazighes n’ont pas peur ! ET qui vivra verra !

  • Les actes de ce genre sont extrèmement graves ; dangereux. Tout le monde doit se rappeler de cet acte trop dangereux.Car demain on apprendra par la presse qu’un génocide est imminent au Maroc ; comme à la région de Darfour et de Kurdistan, rowanda etc. ; et on essayera de chercher les coupables à l’origine du drame ! Ces coupables de demain on les connait aujourd’hui ! doit on attendre le génocide pour commencer à les rechercher ? Les criminels qui ont agit de cette sorte doivent être jugés. Si non il y a risque énorme, Ces gens qui se croient robustes ne sont que des nains devant la vraie puissance berbere : l’intelligence et la patience. Si les autorités n’agissent pas vite pour punir ces criminels, il se peut que que la justice soit faite par actes violents similaire contre ces bêtes sauvage Les associations amazighs doivent réagir vite pour faire savoir ces crimes à tout le monde . C’est le moins qu’elles puissent faire
  • > La violence anti-amazighe continue ... 6 août 2004 14:08, par INSI - MAROC
    Chér frére Said, Voilà, ils passent maintenant au deuxiéme degré : celui de la sauvagerie raciste. Mais d’abords qui sont-ils ces criminels qui cherchent à nous provoquer pour qu’on reprennent de nouveau le maquis pour aller refaire les guérres de Lehri, de Tazizawt, d’Anoual ou de Bouguafer..celles de notre nouvelle liberation ?! Quand je t’ai contacté le lendemain de ton agréssion, je voulais juste avoir un complément d’information pour Agraw car quelques part je savais qu’un jour on viendrait à minuit taper à ta porte et te kidnapper pour aller te régler tes comptes !!! Quel était ton crime pour mériter ce traitement de faveur ? Et bien tu as osé critiqué les Imazdaren de l’IRCAM, tu as secoué le dossier du soulévement populaire de 1973, tu as osé parlé de la nouvelle politique berbériste du Makhzen - celle bien sur de la recupération des imbéciles parmis nous - et surtout tu as participé aux marches des militants sincéres .. etc. Chér Said, Quand tu recevais les coups ce samedi soir (!!), et bien des dizaines de "militants" à Rabat se tapaient des biérres jouyeusement.Le lendemain, alors qu’ils continuaient toujours à se taper la biérre, je leur ai parlé de ton agréssion, et quel a été mon amertume de voir que tout le monde se foutait carrément de çà et on en a fait un sujet de régolade. Je suis désolé de te dire cela, mais l’argent du Makhzen à fait son effet : ils nous a fait perdre la mémoire. Nous autres, jusqu’à quand nous allons résister aux tentations makhzennienes ?!
    • > La violence anti-amazighe continue ... 9 août 2004 20:05, par combat
      Merci Insi n Merruk, d’avoir remis le couteau dans la plaie des Imazighen, peut être qu’ils se réveilleront cette fois ci, même si j’en doute vraiement.